top of page

Traitement chirurgical de la Fibrillation Atriale à la Clinique Saint-Augustin

La fibrillation auriculaire ou FA est un trouble du rythme cardiaque ou une arythmie qui consiste en une activation anarchique d’une partie du cœur : les oreillettes.

La FA est l’arythmie la plus fréquente et sa prévalence augmente avec l’âge. Elle affecte 4% des personnes âgées de plus de 60 ans et 6% (selon certaines séries > 8%) de celles de plus de 80 ans.

 

Ce trouble du rythme entraîne des contractions auriculaires quasi absentes et une contraction irrégulière et anarchique des ventricules. Le risque de développer un accident vasculaire cérébral (AVC) est alors fortement augmenté et nécessite la prescription d’anticoagulants oraux.

La FA peut être liée à une dégénérescence ou à un vieillissement des tissus cardiaques mais aussi être la conséquence de pathologies cardiaques telles que les problèmes de valves (les valvulopathies), ou les lésions coronaires (les coronaropathies).

Après discussion médico-chirurgicale, les patients peuvent bénéficier d’une ablation chirurgicale de la FA concomitante à une intervention de chirurgie cardiaque afin de réduire les symptômes liés à l’arythmie. Ceci permettant de réduire le risque de récidive de l’arythmie à distance, sans augmenter le risque opératoire avec des équipes entrainées.

La technique classique d’ablation chirurgicale de la FA est l’intervention dite de Cox/Maze III, qui consiste à réaliser plusieurs lignes de section/suture dans les parois des oreillettes afin de « diriger » l’impulsion… La procédure est souvent complétée par l’exclusion de l’auricule gauche. La technique a été progressivement simplifiée en remplaçant les lignes de section/suture par des lignes de lésion par radiofréquence ou par cryothérapie.

 

Ces deux techniques sont réalisées très régulièrement par notre équipe au sein de la Clinique Saint-Augustin, le Dr Pierre Oses étant l’un des seuls formateurs/proctor pour la France des systèmes de radiofréquence et de cryothérapie ATRICURE®. Le taux de réussite de ces ablations est de l’ordre de 60 à 80% selon l’étiologie de la FA et selon son ancienneté.

Trois mois après l’opération, une consultation avec un rythmologue est organisée afin de faire le point sur le succès de la procédure et sur la médication à poursuivre.

 

Lorsque la FA est isolée, c’est à dire sans pathologie cardiaque associée, le traitement standard est caractérisé par un traitement endo-vasculaire : une sonde est introduite dans le cœur par une veine fémorale. Cette sonde va là encore utiliser soit la radiofréquence, soit la cryothérapie et tout dernièrement une nouvelle source d’énergie : l’électroporation.

Dans certains cas et après discussion médico-chirurgicale, des patients peuvent bénéficier d’une ablation chirurgicale de la FA isolée symptomatique par voie mini-invasive, d’emblée ou après échec d’ablation par voie endocavitaire (Guidelines de la Société Européenne de Cardiologie, Classe IIa, niveau de preuve B).

Dans ce cas de figure il n’y a pas d’autre pathologie cardiaque à traiter, la procédure est donc réalisée par voie mini-invasive, à cœur battant, sans CEC par de petites ouvertures de 5mm de part et d’autre du thorax à l’aide d’une caméra : c’est la thoracoscopie

Cette procédure peut également être discutée avec notre équipe dans des cas très spécifiques.

bottom of page